Voyage en Italie

Johann Wolfgang von Goethe

L’Italie du Col du Brenner à Naples et la Sicile.

Période du voyage 1786-1788, date de parution 1817. Original allemand. La date de cet article est approximativement celle du retour de l’auteur en Allemagne.

Environ 490 pages dans deux tomes de différentes longueurs, les versions d’origine contiennent des gravures de dessins d’antan. Il s’agit d’un récit de voyage provenant du journal et de la correspondance échangée avec des amis et des collègues en Allemagne. Titre d’origine: Italienische Reise. Il ne semble pas exister de traduction française complète.

Version numérique allemande sous divers formats: Italienische Reise volume 1 et volume 2. Ces versions sont toutes sans illustrations.

L’auteur entreprend un véritable voyage d’études comme c’est habituel à l’époque pour les lettrés. Il ne s’agit pas d’une expédition en terres inconnues, Goethe suit les traces et la documentation déjà existantes de ses prédécesseurs. Les gens de lettres, les historiens et les scientifiques de la terre (géographes, géologues) voyagent beaucoup sur les terres de l’Antiquité, l’Italie est en plus facilement joignable. Nous sommes à la fin du 18e siècle, cependant toujours à l’ère du voyage en calèche et en voilier sur la mer et sur les lacs. La vapeur d’eau ne meut pas encore les transports et ainsi les étapes journalières dépassent rarement les 40 kilomètres. Ceci explique la durée de plus d’une année.

Le livre est agencé en chapitres journaliers commençant toujours par une date. Celle-ci peut se répéter plusieurs fois de suite. Il s’agit de juxtapositions des notes de son journal et des lettres qu’il avait envoyé à ses connaissances en Allemagne. Goethe reste très général sur les populations qu’il rencontre, décrit la géographie et la météo et fait ou fait faire beaucoup de dessins au crayon. Dans ce sens, ce récit se lit un peu comme un compte Instagram d’un voyageur actuel. Il pose aussi lui-même:

Johann Heinrich Wilhelm Tischbein - Goethe in der römischen Campagna

Johann Heinrich Wilhelm Tischbein – Goethe in der römischen Campagna

 

Il s’agit d’un auteur et il recherche dans les villes qu’il visite des théâtres et des collègues. Ces passages sont parfois un peu longs si on ne s’intéresse pas trop à l’histoire de la littérature italienne du 18e siècle. Dans les lieux qu’il visite, il recherche les grands classiques, mais parfois il se perd dans des villages dont il a entendu parler lors de son voyage. Ainsi on peut aujourd’hui encore y trouver des indications intéressantes.

Goethe voyage bien avant Alexandre Dumas et dans un tout autre cadre. Goethe est déjà auteur accompli et ceci lui ouvre des portes auprès de l’aristocratie dirigeante. Il s’intéresse aussi à la botanique et à la géologie, il n’hésite pas à référer sur ces thèmes. Mais contrairement à Alexander von Humboldt, Goethe n’a pas d’approche scientifique dans ces thèmes, beaucoup de ses postulats sont simplement faux.

Le deuxième volume est moins intéressant géographiquement parce qu’il bouge moins et revient à des places visités à l’aller.

Chateaubriand entreprend un voyage similaire vingt ans plus tard.

Route du voyage de Goethe en Italie. Photo Wikimedia CCSA3 Zello

Route du voyage de Goethe en Italie. Photo Wikimedia CCSA3 Zello

Photos récentes de lieux visités par l’écrivain voyageur

Colisée vu du sud-ouest en 2012. Photo © André M. Winter

Colisée vu du sud-ouest en 2012. Photo © André M. Winter

Deux médaillions de la face sud de l'Arc de Constantin, vus en 2012. Photo © André M. Winter

Deux médaillions de la face sud de l’Arc de Constantin, vus en 2012. Photo © André M. Winter

Forum de Trajan avec la Basilique Ulpia en 2012. Photo © André M. Winter

Forum de Trajan avec la Basilique Ulpia en 2012. Photo © André M. Winter

Le Vésuve vu du port de Naples en 2006. Photo © André M. Winter

Le Vésuve vu du port de Naples en 2006. Photo © André M. Winter

Temple de la Concorde et Agrigento au fond, vue de 2017. Photo © Alex Medwedeff

Temple de la Concorde et Agrigento au fond, vue de 2017. Photo © Alex Medwedeff

Palazzo dei Priori à Perugia en 2011. Photo © André M. Winter

Palazzo dei Priori à Perugia en 2011. Photo © André M. Winter

No Comments

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.