Barrage du Lac de Castillon et le Lac de Chaudanne

Gorges du Verdon de Chaudanne. Photo © André M. Winter

Gorges du Verdon de Chaudanne. Photo © André M. Winter

Le ciel se couvre progressivement durant l’après-midi. Nous continuons quand même à explorer les parties peu touristiques du Verdon. Sous le Lac de Castillon suit immédiatement le Lac de Chaudanne qui est coincé entre deux gorges et juste en amont de Castellane. Ce barrage permet de limiter les variations de débit à l’entrée des gorges du Verdon et de ce fait il a un niveau variant beaucoup. Ainsi le Lac de Castillon était à peu près plein, mais celui de Chaudanne assez vide. Quand le barrage de Castillon lâche trop d’eau pour le Verdon en aval de Castellane, c’est le Lac de Chaudanne qui sert de tampon. Il est donc forcément vide quand le Lac de Castillon est plein.

Nous marquons un premier arrêt directement au barrage de Castillon qui se trouve donc entre les deux lacs. Hormis les panneaux au style des années 1980 qui vantent l’hydroélectricité et les prouesses techniques, ce sont surtout les gorges en aval du barrage qui impressionnent. Bien que ce canyon ne soit pas rempli d’eau, l’accès est très difficile. On doit passer par le bas et le Lac de Chaudanne, puis remonter à pied. Nous ne sommes pas allés voir en détail, il y a des fortes chances que l’accès soit interdit à cause des lâchers d’eau.

L’autre curiosité sont les lignes sur le mur du barrage de Castillon. Nous pensons d’abord que c’est pour mesurer et surveiller d’éventuels tassements du barrage, mais non. Il s’agit d’un cadran solaire valable pour divers mois de l’année. Le méthode de lecture est expliqué sur un des panneaux au point de vue au sud du barrage.

Lignes de cadran solaire sur le barrage de Castillon-Demandolx. Photo © André M. Winter

Lignes de cadran solaire sur le barrage de Castillon-Demandolx. Photo © André M. Winter

Pour passer du Lac de Castillon au Lac de Chaudanne, il faut monter, même si ce n’est pas très  logique. La route D305 monte en courts lacets au village de Demandolx et quelques mètres sous le village descend la D102 par des lacets un peu plus étendus, mais la route est ici encore plus étroite et sinueuse.

On peut bien voir retour vers le Lac de Castillon. La vue sur le Lac de Chaudanne est obstruée par la forêt.

Vue sur le Lac de Castillon de la route de Demandolx. Photo © Alex Medwedeff

Vue sur le Lac de Castillon de la route de Demandolx. Photo © Alex Medwedeff

On débouche au lac par le Ravin de St. Barnabé et la route continue sur la rive sud. Ce n’est qu’au début que l’on trouve des places plates pour descendre vers l’eau. Il n’y a pas beaucoup d’eau et les berges sont raides vers le bas. Ce lac n’est donc pas très accueillant pour la baignade, ni pour le canoë. Par contre, on a aussi la quiétude en été.

L'eau turquoise du Lac de Chaudanne. Photo © Alex Medwedeff

L’eau turquoise du Lac de Chaudanne. Photo © Alex Medwedeff

Là où la route rejoint le Lac de Chaudanne, on est dans l’axe des gorges sous le Barrage de Castillon.

Lac de Chaudanne. Photo © André M. Winter

Lac de Chaudanne. Photo © André M. Winter

Il y a quelques rares places plates pour placer un véhicule aménagé, mais ils étaient pris par des pêcheurs. Nous restons pour boire un café. Les voitures qui passent sont uniquement des pêcheurs et des véhicules aménagés. Nous en avons vu cinq en tout, les pêcheurs et nous inclus.

No Comments

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.