Recherche d’un emplacement dans la vallée de la Lora entre Dombås et Åndalsnes

Nous partons de Hamar vers 14 heures. Il nous reste de la route vers le nord. Le temps reste radieux, on longe des lacs et on change des rives sur des grands ponts. Depuis Hamar, l’E6 n’est plus un autoroute, mais une voie rapide nouvellement adaptée. Il n’y a pas de circulation. On est certes le weekend, mais nous roulons à contre-courant de la circulation des derniers estivants. Les citadins partant dans la nature ne sont pas encore en route retour.

La partie nord du lac Mjøsa. Photo © André M. Winter

Nous savons qu’il est difficile de trouver des emplacements libres et loin de toute civilisation ici dans le sud, mais nous sommes surpris de trouver des gens installés sur l’axe entre entre Dombås et Åndalsnes. C’est loin de la côte et il faut aussi avancer d’une vingtaine de kilomètres de l’E6 vers l’ouest pour trouver la vallée de la Lora vers le sud. De Hamar, cela nous fait 240 kilomètres et quatre heures de route.

L’application park4night y dénote des emplacements, mais André ne pensait pas trouver des touristes ici à cette saison. Nous devons chercher une place nous-mêmes pour rester seuls. Il y a deux emplacements directement au bord de la rivière Lora. Le premier est occupé par un Landrover Defender installé largement. Le deuxième est trop étroit et trop raide pour notre camion. On arrive au  parking Lorkverna en bordure de la rivière. La route tout droit est à péage, mais il y en a une autre qui part à gauche dans la forêt. On monte, on tourne, puis suit une longue ligne droite. Ensuite une autre piste montante à gauche.

Le troisième emplacement est une aire de retournement au bout d’une piste forestière (GPS 62.1073, 8.6667), c’est aussi déjà occupé par un vieux camion et un berger allemand qui rôde autour. Mais nous avons remarqué une aire accessible entre la rivière et cet aire de retournement. Cela ressemble à une carrière de gravier regagnée par la végétation. C’est aux coordonnées GPS 62.11066, 8.66832. Le sol est un peu mou et plus solide dans la partie haute.

L’emplacement se trouve au sud de la grande ligne droite. On trouve du bois pour faire un feu, mais nous n’avons rien à y cuire et il fait assez frais dès la tombée la nuit. On de dépêche de prendre nos douches extérieures. On ne met que rarement le chauffage stationnaire en route, ce ne serait même pas nécessaire, mais on a la flemme de mettre des trop gros pulls-

La végétation est déjà très nordique. Le sol est couvert de lichen et de quelques mousses. Les arbres peinent à grandir et restent longtemps nains.

Nous dormons bien, mais l’emplacement manque de soleil, on est en forêt et derrière une colline. On ne peut pas avoir solitude, soleil, vue, et tout ça gratuitement. On peine donc à nous lever et nous ne nous mettons en route que peu avant 10 heures. Les photos montrent un peu l’état de la piste. Elle est bonne au bord de la rivière et un peu plus mauvaise au-delà en montée.

On voit sur les photos aussi l’état de la rive de la rivière. Les endroits pour y descendre sont rares. Nous avons aussi évité d’y descendre parce que nous ne connaissons pas le régime quotidien du cours d’eau.

La rivière Lora. Photo © André M. Winter

Pont sur la Lora entre Forbygginga et Lordalsvegen. Photo © Nicolas Medwedeff

Nous retournons à Dombås et montons sur le Dovrefjell pour rallier Trondheim.

No Comments

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.