Lettres septentrionales

Elias Haffter

Norvège

Date du voyage 1899. Paru en feuilleton dans un journal suisse dans la même année et recueilli sous forme de livre en 1900. La date de cet article est celle de la fin du voyage en paquebot.

Récit de voyage et paquebot touristique, environ 95 pages,  nombreuses illustrations (gravures à partir de photos). Titre complet en allemand: « Briefe aus dem hohen Norden, Eine Fahrt nach Spitzbergen mit dem HAPAG-Dampfer Auguste Viktoria im Juli 1899 von Dr. E. Haffter ». Il ne semble pas exister de versions en d’autres langues que allemand.

Version numérique sous divers formats: Briefe aus dem hohen Norden.

Après avoir lu une cinquantaine de livres de voyages anciens, je suis surpris de trouver sous ce titre un nouveau type. Nous sommes encore à la fin du 19e siècle, pourtant on y décrit un voyage de luxe sur un paquebot de croisière en voyage de Hambourg à Spitzbergen. Bien qu’écrit par un docteur militaire suisse, bien plus de la moitié du texte concerne les effets de société durant les trois semaines sur le navire même. C’est peut être recherché par le journal dans lequel le texte est publié, mais il est surprenant que ce contenu léger ait trouvé un éditeur pour être imprimé en plusieurs tirages par la suite.

Le livre a deux parties distinctes. Au départ, l’auteur envoie de chaque étape  ses textes par dépêche au journal. Pendant qu’il envoie des textes, les autres clients voyageurs envoient surtout des cartes postales, mais reçoivent aussi du courrier au diverses étapes. Le courrier prend quelques jours et ce délai est matérialisé par décalage temporel au début de chaque chapitre de la première partie. On ne sait pas si cela avait été introduit par le journal, mais l’effet est irritant: le texte dit par exemple « je suis à Trondheim » et quelques lignes plus tard suit le texte de Bergen, qui avait lieu quelques jours avant.

La deuxième partie est entièrement rédigée après retour de l’auteur. Elle est plus logique et le texte un peu plus approfondi. Mais en somme cela reste un texte publicitaire pour la compagnie hambourgeoise HAPAG (Hamburg-Amerikanische Packetfahrt-Actien-Gesellschaft). La société existe encore de nos jours sous le nom de Hapag-Lloyd.

La compagnie de navigation étant allemande et l’auteur étant suisse alémanique, la sauce nationaliste ne manque pas non plus. Cela atteint son paroxysme lors de la rencontre avec l’empereur allemand Wilhelm II.

Le même auteur a aussi écrit un livre sur l’Extrême Orient (1888) qui est plus approfondi.

Fjord

Fjord

No Comments

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.