Souvenirs de la Côte d’Ivoire du Docteur Lamy

Docteur Lamy

Marseille, Côte d’Ivoire

Date du voyage 1898-1899. Original français, paru dans la série “Journal des voyages et des Voyageurs, le Tour du Monde” fondé par Édouard Charton en 1860, parution en 1905. La date de cet article est approximativement celle du retour de l’auteur en Europe.

Récit d’une expédition militaire de reconnaissance, environ 50 pages, précédées de la longue table des matières et suivies de la liste des gravures de toute la série. Nombreuses illustrations (gravures à partir de photos).

Version numérique sous divers formats: Le Tour du Monde; Côte d’Ivoire.

La série réunit différents auteurs et des régions du monde très diverses. Il en résulte une grande différence dans le style et la qualité les textes. On trouve aussi souvent un fort décalage entre la date du voyage et la date de parution. Dans le cas précis, 1898 et 1905 font une grande différence dans les débuts de la colonisation française de l’Afrique Noire.

Le Docteur Lamy (je n’ai pas trouvé de prénom) est un jeune médecin embarqué dans une mission de reconnaissance dans l’arrière-pays de la Côte d’Ivoire. La côte est à l’époque connue et « civilisée » (c’est à dire soumise), mais il n’y a pas encore d’installations portuaires et tout est encore très provisoire. On s’appuie fort sur la population locale pour faire survivre une quarantaine de colons à Grand-Bassam où l’expédition débarque.

Le livre est subdivisé en trois chapitres. De l’un à l’autre, le suspense monte.

Dans le premier sont surtout décrit les problèmes techniques du voyage dans la brousse du pays Attié, mais on voit aussi déjà des problèmes liés aux populations locales: les villages sont plus ou moins en guerre ouverte entre eux. Cela va du roi sage, passe par le despote classique et va au commandant idiot exploité par ses sujets. On assiste aussi à des empoisonnements dans la cadre de d’un succession au poste de chef de région. Des voyageurs se déclarant neutres ont des sérieux problèmes de s’orienter et de s’approvisionner dans ces conditions. Ainsi les militaires ont convenu un point de rencontre à Bettié, mais pendant longtemps on leur dit que ce village n’existe pas. Ce n’est pas surprenant: à Bettié règne un roi collaborateur avec les colonisateurs français.

Le deuxième chapitre traite surtout du retour vers la côte avec une dégradation des condition de vie. Les européens et les locaux engagés à leur côtés souffrent de serpents, de coupures qui ne guérissent pas et surtout du paludisme. Ce qui ressemble à une presque sympathique virée à l’aller se transforme en catastrophe au retour. Entre les lignes, on apprend cependant aussi des but précis de l’expédition. On défriche une voie d’une certaine largeur et on fait des percées latérales. Le terrain ainsi dénudé de forêt est cartographié dans le but d’établir assez vite une ligne de chemin de fer pour l’exploitation du bois noble et l’exportation vers l’Europe. La méfiance des populations locales n’est donc pas infondée.

Le troisième chapitre commence, comme l’insinue le titre, très technique avec les possibilités d’exploitation du pays, les chances pour les colons et le pays colonisateur. Mais la réalité du terrain rattrape l’auteur en plein milieu des ses louanges pour le pays: la fièvre jaune commence à sévir à Grand-Bassam, tous les docteurs présents meurent en quelques jours, la mortalité est de 90%. Il reste comme seul médecin sur place, tombe aussi malade mais survit. Ce volet très honnête chamboule sérieusement la partie presque publicitaire du début.

Notes:

  • L’auteur remarque qu’il a peu d’éléphants et donc peu d’ivoire en Côte d’Ivoire.
  • Le chemin de fer a été construit, mais en partant d’Abidjean.
  • Un vaccin contre la fièvre jaune a été disponible et déployé dès les années 1940.

Les illustrations du livre sont des gravures à partir de photos prises par le Docteur Lamy.

Les conditions de voyage sont élémentaires.

Le corps expéditionnaire rencontre des villages aux coutumes établies.

Les représentations de femmes nues ne manquent pas.

Cette carte se trouve dans le livre. On y trouve certaines des localités traversées par l’expédition, mais les lignes ne représentent pas leur trajet.

Carte du Pays Attié en Côte d'Ivoire

Carte du Pays Attié en Côte d’Ivoire

 

No Comments

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.