La Plage de la Marina di Alberese sous la pluie

Les prévisions météo restent désastreuses, il pleut partout en Italie et nous n’avons pas encore abandonnée notre idée initiale de nous limiter à la Toscane. Nous restons donc dans la région et cherchons un endroit pour passer cette journée pourrie au calme. Nous optons pour le seul accès routier à la côte du Parco della Maremma. Il s’agit de la Spiaggia della Marina di Alberese.

L’accès est contingenté: sur l’accès déviant au nord du village d’Alberese se trouve un compteur décomptant les places restantes à partir d’apparemment 200 voitures. Deux kilomètres plus loin se trouve un système de barrières automatiques qui enregistre le numéro de la plaque d’immatriculation. La plage ne se trouve que cinq kilomètres plus loin. Au retour, il faut s’arrêter à ces mêmes barrières et entrer le numéro de sa plaque minéralogique au parcmètre. Il faut donc quitter son véhicule. Le système calcule le temps écoulé et il semble comptabiliser les heures pleines à raison de EUR2,- par heure. Nous payons en tout cas EUR4,- pour 2h50. Il est bien sûr interdit de passer la nuit dans la zone du parc et sur la plage. Un peu à l’arrière de la plage se trouve un centre d’accueil un peu délaissé mais avec des bonnes toilettes un point d’eau (mais il est impossible d’approcher le véhicule).

La route d’accès est quasiment rectiligne et bordée de pins. Le ciel gris persistera toute la journée.

La Strade del Mare della Marina di Alberese. Photo © André M. Winter

La Strade del Mare della Marina di Alberese. Photo © André M. Winter

En arrivant sur la plage, un autre orage éclate. Nous le savions et passons le temps en lisant, en buvant du café puis en déjeunant. Le seul avantage en bord de mer par ce temps est la température assez clémente, on ne doit pas mettre de chauffage tant que l’on chauffe du café.

Nous attendons la fin de la pluie dans la voiture à Marina di Alberese. Photo © André M. Winter

Nous attendons la fin de la pluie dans la voiture à Marina di Alberese. Photo © André M. Winter

Il n’y a pas de réelles éclaircies, mais la pluie fait des pauses plus ou moins longues. Nous en profitions pour nous dégourdir les jambes le long de la plage trempée. On optimise les points de vue et les réglages des appareils photo, rien n’y fait, la lumière reste terne et grise. Ces pauses de pluie ne durent qu’un quart d’heure et il faut de nouveau chercher refuge dans le camion.

Bois mort à la plage de Marina di Alberese. Photo © Alex Medwedeff

Bois mort à la plage de Marina di Alberese. Photo © Alex Medwedeff

Bois mort à la plage de Marina di Alberese. Photo © Alex Medwedeff

Bois mort à la plage de Marina di Alberese. Photo © Alex Medwedeff

Arbres morts à la plage de Marina di Alberese. Photo © Alex Medwedeff

Arbres morts à la plage de Marina di Alberese. Photo © Alex Medwedeff

Sur la côte poussent des plantes du sud méditerranéen, toutes ne sont pas sympathiques.

Lors d’une pause de pluie et d’une autre sortie vers la mer, nous rencontrons des suisses qui voyagent aussi en Renaut Trafic, mais aménagé de manière bien plus sommaires. Eux aussi réfléchissent à changer de région car la prévision à moyen terme n’est pas rose.

Nous persistions à rester et remontons vers le nord à la recherche d’une place pour passer la nuit suivante. Nous roulons beaucoup pour arriver près de Piombino où l’application park4night indique quelques parkings en arrière de la plage. Arrivés sur le site prés de Vignarca, nous nous trouvons sur un énorme parking apparemment anciennement aménagé mais avec des parcmètres neufs et en fonction. Le prix annoncé pour la nuit pour camping-cars est de EUR24,- ce qui est absurde pour le service inexistant. Des suisses en gros camping-cars nous disent que des contrôleurs passent à 19h et qu’ils sont ici depuis plusieurs années mais que l’état du lieu a empiré et le prix augmenté.

Surtout André n’est pas du tout content et après un tour sur la plage qui se trouve derrière un cordon dunaire d’une cinquantaine de mètres, nous décidons de partir ce ce lieu lugubre. Après avoir roulé une bonne heure vers le nord-ouest, nous partons pour autres 40 kilomètres vers l’est vers un autre site de park4night près d’un lac: le Lago dell’Accesa dont nous ne savons absolument rien et qui n ‘est pas du tout sur une de nos routes envisagés.

No Comments

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.