Florence: les conseils Voyage Hors Saison

Nous voilà arrivés à Florence et le but initial de ce voyage fin septembre durant l’année du corona virus 2020. Nous passons souvent en Toscane, mais nous hésitions toujours de visiter Florence à cause de l’énorme affluence de touristes. Nous ne voulions pas nous bousculer dans la Galerie des Offices, ni sur le Pont Vieux. Tout cela est bien mieux en 2020 parce que moins de gens voyagent, mais la ville reste quand même le pôle central de la Toscane et il y a beaucoup de monde: le camping de ville est presque plein et il n’est pas évident d’avoir des cartes pour certains monuments, ainsi nous ne monterons pas au campanile ni sur la coupole de la cathédrale.

Florence les conseils Voyage Hors Saison. Photo © Alex Medwedeff

Florence les conseils Voyage Hors Saison. Photo © Alex Medwedeff

Notre plan logistique pour la visite de Florence: nous arrivons mardi soir et resterons trois nuits. Nous voulons avoir deux jours pleins en entiers dans la ville parce qu’elle est plus grande et parce que nous visitons aussi quelques musées. Une autre raison est la météo très changeante, nous voulons avoir la possibilité de repasser à certains sites comme le Pont Vieux et la cathédrale pour mettre les chances de notre côté en ce qui concerne le soleil.

Les tickets pour les musées de Florence

Sur beaucoup de sites, on propose la FirenzeCard avec plusieurs musées sur plusieurs jours. Or, ni les entrées pour la cathédrale, ni la Galerie des Offices ne sont complètement inclus. Certains sont listés, mais il faut quand même faire des réservations spécifiques. Il est ainsi théoriquement possible d’avoir un accès plus rapide à la Galerie des Offices avec la carte, or il est alors obligatoire de prendre le ticket sur place ce qui ne s’accorde pas avec la réservation en ligne quelques mois à l’avance. Comme nous ne trouvons qu’un musée que nous voulons visiter dans la liste de la FirenzeCard, nous ne prenons pas cette offre boiteuse et réservons et/ou payons les entrées normales sur place.

Les prix des sites que nous visitons est indiqué aux pages correspondantes aux monuments.

Comme pour Pise, nous séparons pour le blog les sites visités sur des pages individuelles indépendamment de notre ordre de visite. À côté de la cathédrale, les autres volets sont: le Museo dell’Opera del Duomo, le baptistère, le centre-ville avec le Ponte Vecchio, le Musée Galileo, la Galerie des Offices, l’église San Miniato al Monte et l’église Santa Croce.

Les tickets pour les monuments centraux (baptistère, cathédrale, coupole, musée de la cathédrale) sont disponibles dans les caisses centrales au sud de l’édifice dans un immeuble à grandes colonnes.

Cafés et restaurants à Florence

La ville est plus grande et la relation touristes-habitants est plus en faveur des habitants qu’à Pise. Mais c’est un centre économique, culturel, et étudiant. Florence est la huitième ville d’Italie par nombre d’habitants. Il y a donc moins de locaux attrape-nigauds pour touristes, mais les prix sont quand même chers au centre-ville. Mais comme partout dès que l’on s’éloigne du centre, le rapport qualité-prix s’améliore nettement. Pour Florence cela signifie d’aller au nord de la Piazza San Marco ou au sud du fleuve Arno.

Quelques exemples:

Le café Gilli est une des adresses les plus nobles, il se trouve sur la Piazza della Repubblica, c’est un peu à l’écart des flux touristiques sur une grande place assez calme.

La Trattoria Casaligna est un restaurant slow food où déjeunent aussi les locaux et les travailleurs du coin. C’est au sud de l’Arno, près de la Basilique Santo Spirito. On y est en quelques minutes à partir du Ponte Vecchio. Les plats sont tous locaux tout comme les ingrédients.

La boulangerie-pâtisserie Il Vecchio Forno se trouve dans le quartier entre la cathédrale, le marché et la Piazza San Marco. On peut y manger des parts de pizza à des prix tout à fait abordables. Mais la spécialité de la maison sont les petits gâteaux de toutes formes et sortes.

Loger en camping-car ou camion aménagé à Florence

Il est inutile de préciser que c’est le point le plus difficile à régler. Nous sommes sensibles au bruit et dans les villes, nous logeons en général sur des campings, cela règle au moins la question du stationnement du véhicule. On trouve bien sûr sur l’application park4night des emplacements et des parkings un peu à l’écart, mais tout ceci n’est pas à notre goût. Quand on dépense déjà assez en entrées, cafés et restaurants, le prix du camping ne change plus grand chose.

Quoique les prix sont vraiment salés car il faut aussi ajouter les coûts des transports en commun ou du stationnement payant en ville. Pour faire court cela fait au moins EUR50 par jour pour deux personnes pour la moyenne saison. Le calcul se fait ainsi: les campings près de la ville coûtent EUR42 et il faut au moins EUR6 pour le bus. Il y a quelques rares campings loin au nord de la ville, mais fin septembre, ils n’ont pas ouvert. Ils sont moins chers, mais le ticket de train coûte plus et il faut plus de 40 minutes pour arriver en ville. Il est impossible d’entrer en ville avec un camion ou même une voiture normale, tout le centre est une ZTL (zone à trafic limité) réservée aux résidents.

Il y n’y que deux campings à proximité de la ville:

Le Firenze Camping in Town à l’est au bord de l’Arno, nous l’avons choisi pour son côté pratique, pas pour son charme. C’est une véritable usine à touristes, les places sont standardisées et presque toutes en pente même si le terrain est lui-même plat. Fraîchement installé, les sanitaires sont en ordre mais il n’y en a pas trop, surtout par ces temps de Covid-19 et les règles de distanciation. Il faut faire la queue pour laver la vaisselle. La route passante est bruyante, il faut tenter de trouver une place au fond et à l’arrière des sanitaires au sud-est (à gauche en entrant). Le choix des places est libre, on entre avec le camion et on se place comme on veut. Le prix par nuit est de EUR36 pour deux personnes et il faut ajouter EUR3 comme taxe de séjour (qui est curieusement à payer en liquide). On nous dit qu’il y a de l’eau et de l’électricité à tous les emplacements, mais ce n’est pas vrai pour les places au fond, il faudrait des rallonges très longues pour rejoindre les bornes. L’eau des robinets n’est pas potable, nous avons eu des problèmes digestifs.

Il y a une navette organisée par le camping à raison de EUR3 par personnes, mais on ne nous dit pas clairement où on nous dépose, de plus il faut fixer son heure d’aller et de retour ce qui est très contraignant. Pour le même prix, il est possible de prendre le bus public sans changement. Il s’agit de la ligne 14 dont les stations se trouvent à l’ouest du camping: Dalla Chiesa Arno. Il y a aussi des stations à l’est, mais il faut marcher encore plus longtemps. Attention: à l’aller c’est la ligne 14, au retour il y a les lignes 14A et 14B. Pour arriver au point de départ, il faut prendre la ligne 14A. En ville, on peut descendre à diverses stations, une des plus aisées est Piazza di San Marco au nord du centre.

Explication du système de payement plus bas.

Le Camping Village Panoramico à Fiesole. Il s’agit d’un village sur les hauteurs au nord-est de la ville. Le camping est sans doute plus beau et peut-être moins bruyant, mais l’accès en transports publics est bien plus long (au moins 40 minutes avec au moins deux correspondances). Avant notre départ, le système de réservation l’annonçait complet.

Les transports publics à Florence

La compagnie locale s’appelle ATAF&Li-nea. Il n’y a que des tickets à l’unité et des abonnements au mois et à l’année. Pour une visite, ce ne sont donc que les premiers qui s’appliquent. Attention, tous les bus ne disposent pas de vente de tickets et les tickets sont plus chers dans le bus. Il n’y a pas de points de vente de tickets en périphérie.

Le plus simple pour un visiteur étranger est donc de télécharger l’application nugo qui a les sociétés ATAF&Li-nea et TrenItalia au programme. Il n’est pas possible d’utiliser l’achat par SMS avec un portable sans carte SIM italienne. L’avantage de l’application est que l’on peut aussi acheter des tickets pour plusieurs personnes.

  • Il faut s’identifier avec un mot de passe et une adresse email valide et entrer les données d’une carte de crédit internationale.
  • Ensuite, on va sur Billetterie (ne pas utiliser la recherche du l’écran d’accueil qui guide pour des trajets plus longs). On recherche le lieu pour afficher les services proposés. C’est valable pour toute l’Italie, mais certaines compagnies ne sont pas pris en charge.
  • On sélectionne alors ATAF&Li-nea et on arrive dans le menu du bas à gauche où l’on ajuste le nombre de personnes. Ici j’en ai sélectionné deux, le prix est donc de deux fois EUR1,50. Après confirmation, les tickets se trouvent sous le menu Achats, mais il ne sont pas encore activés. Il faut le faire idéalement à l’arrêt et avec la géolocalisation active. Dès cette « oblitération », un compteur décompte les 90 minutes. Quand la temps de validité est écoulé, la carte reste disponible mais grisée (« d’occasion » est une mauvaise traduction pour « périmé »).

Nos tickets sur portable n’ont pas été contrôlés. Lors d’un contrôle, il faut aller sur Achats et sélectionner un ticket valide. Il apparait ensuite un écran avec un code QR et plus bas se trouvent les informations lisibles.

Le bus de la ligne 14 dans le centre Florence

Le bus de la ligne 14 dans le centre Florence

La carte ci-bas montre notre parcours en deux jours. Les traits plus rectilignes sur la droite (est) sont des trajets en bus entre le camping et le centre-ville.

Carte OpenStreetMap de Florence

Carte OpenStreetMap de Florence

No Comments

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.